Celui qui n’entend pas la langue de la forme verra dans ces portraits qu’un procédé de pure imitation. Pourtant chaque portrait est le résultat d’un assemblage de formes réalisé dans un processus, pour citer Worringer, où la réalité est un moyen artistique, un processus où le but est dans la réalité et non dans la reproduction de la réalité. Ce processus est plus facilement détectable dans la section « natures mortes ».