FRANCOIS BEAUDRY — PEINTURES à L'ENCAUSTIQUE

La technique de la peinture à l’encaustique remonte à la Grèce antique. Elle se fait sur une palette chauffante en incorporant des pigments dans un mélange de cire d’abeille et de gomme damar. En pays nordique, travailler dans une odeur de cire d’abeille à côté d’une palette chauffante est un avantage non négligeable. Dès qu’on l’utilise, cette technique nous convainc immédiatement qu’elle s’adresse aux sens.

L’encaustique est considérée comme le plus permanent en peinture en raison de la propension de la cire à demeurer imperméable à l’humidité (et les moisissures qu’elle engendre) et à rejeter la poussière[1]. L’annihilation de ces deux ennemies de la conservation des œuvres d’art explique qu’on a retrouvé des encaustiques de plus de 2000 ans en parfait état à Pompéi et à Fayoum.

En plus de posséder une large gamme d’effets allant de l’opacité à la transparence, de permettre l’utilisation d’empâtements robustes, là, où l’encaustique éclipse toutes ses rivales est sur le plan de la flexibilité. En effet, grâce à sa particularité thermoplastique, une encaustique peut être laissée de côté pendant une longue période de temps, par la suite, après que l’encaustique eut été rendue malléable en la réchauffant, des couches peuvent être enlevées ou rajoutées et le nouveau film de peinture ainsi obtenu sera absolument permanent.

Picasso affirmait que pour faire un bon tableau, il faut une idée, mais il faut que ce soit une idée vague. Un bon tableau ne peut pas être le résultat d’un procédé mécanique, la récitation d’une leçon bien apprise. C’est une suite de métamorphoses, de remises en question, que l’artiste affronte en travaillant à la découverte d’un résultat inconnue au préalable. En adoptant ce point de vue, l’encaustique avec sa particularité thermoplastique incarne la technique par excellence.

Une mise-en-garde s’impose sur les qualités que l’on vient de mentionner. Celles-ci ne s’appliquent pas lorsqu’une encaustique est utilisée dans une technique mixte (par exemple avec l’huile, la tempera ou l’acrylique). Ce n’est pas le cas ici. Tous les tableaux, dont la plupart contiennent des empâtements importants, au point de les libeller « bas-relief », présentés ci-après sont 100% pure encaustique. Ces empâtements accentuent la matérialité de l’œuvre, elles incitent le spectateur à vouloir toucher le tableau, elles invitent à la sensation haptique en opposition à la sensation optique.


[1] Il suffit de comparer une encaustique à une acrylique pour comprendre l’importance de cette caractéristique. Le film d’une peinture à l’acrylique : sa température de transition vitreuse est près ou inférieure à la température ambiante. Il en résulte une surface relativement molle propice à l’accumulation de particules de poussières où, avec le temps, elles deviennent même incorporées dans le film de peinture. En plus, ce problème est amplifié par le fait qu’un film d’une peinture à l’acrylique n’étant pas conducteur, il tend à avoir une charge électrostatique qui attire la poussière. L’encaustique, lorsqu’on maintient sa surface molle pour la travailler, accumule aussi la poussière. Toutefois, quelque mois après son achèvement, cette poussière sera rejetée et pourra être facilement enlevée avec un linge humide. La cire, c’est une invention de la nature, l’acrylique, celle de l’homme.

francois beaudry encaustique peinture tableau bas-relief paysage réflexion eau série via appalachia
Réflexions automnales, série via appalachia, 17, encaustique, bas-relief, 74 x 120 cm
francois beaudry encaustique peinture tableau figure bas-relief
Ruban rouge, encaustique, bas-relief, 91 x 57 cm
francois beaudry encaustique peinture tableau bas-relief nature morte monstera pot
Monstera, encaustique, bas-relief, 91 x 56 cm

francois beaudry encaustique peinture tableau bas-relief paysage eaux vives série via appalachia 16
Eaux vives, série via appalachia, 16, encaustique, bas-relief, 74 x 120 cm
francois beaudry encaustique peinture tableau paysage bas-relief equus arbres roche mousse série via appalachia 15
Equus, série via appalachia, 15, encaustique, bas-relief, 74 x 120 cm
francois beaudry encaustique peinture tableau bas-relief nature morte sanguinaires feuilles motif assiette série table bleue
Sanguinaire, encaustique, série table bleue, 3, bas-relief, 65 x 91 cm
francois beaudry encaustique peinture tableau bas-relief nature morte feuille pot terracotta
Ficus, encaustique, bas-relief, 91 x 65 cm
francois beaudry encaustique peinture tableau bas-relief porte série le chercheur de trésors 9
La porte, série le chercheur de trésors, 9, encaustique, bas-relief, 91 x 65 cm